Blog → #Décryptage

11 décembre 2017

Le budget du Finistère, c’est quoi ?

Un budget pour 900 000 Finistériens

Le budget 2018 du Conseil départemental du Finistère se décompose en deux parties :

  • Les recettes
    C’est l’argent qui rentre dans les caisses du département.
    Décider du budget du département pour 2018, c’est donc avant tout prévoir ses recettes (les impôts, les dotations de l’Etat, et les autres recettes de financement et d’investissement du département)

 

  • Les dépenses
    Elles se décomposent en 2 types, les dépenses de fonctionnement et les dépenses d’investissement

    1. Les dépenses de fonctionnement représentent les dépenses nécessaires au fonctionnement des services du département. Ce sont des dépenses qui reviennent chaque année (personnels, fournitures, indemnités élus…) et sur lesquelles il est aisé de réaliser des économies. Elles représentent 80% des dépenses du Conseil départemental.
    2. Les dépenses d’investissement représentent des dépenses plus permanentes, des achats de matériels durables, des constructions ou aménagements de bâtiments, ou encore des travaux d’infrastructure (routes…) qui représentent l’équipement public. Ces dépenses représentent 20% du budget du département et il est important d’en augmenter la portée pour permette aux Finistériens de compter sur des équipements publics de qualité.

Le calendrier du budget 2018

Le budget se vote en 2 étapes (l’orientation budgétaire puis le vote du budget), et subit ensuite 2 modifications afin d’adapter les dépenses de la collectivité en fonction des événements survenus au cours de l’année.

 

20 octobre 2017

Pourquoi le département est-il si attractif pour les MIE ?

L’accueil des mineurs isolés étrangers est une politique qui relève de la protection de l’enfance. Un mineur isolé et étranger est avant tout un mineur isolé aux yeux de la République, et nous devons lui offrir accueil et protection.

Seulement depuis 2010, la croissance exponentielle du nombre de mineurs isolés étrangers a été frappante, et ce qui n’était qu’une politique de bon sens est devenu un fardeau pour les collectivités. Année après année, les départements français ont vu le nombre de jeunes se présentant comme mineurs et isolés exploser.

Lire la suite…

2 octobre 2017

L’accueil des mineurs isolés étrangers

Le drame des flux migratoires pose la question de l’accueil des jeunes migrants. Lorsque des jeunes étrangers, isolés de tout lien familial, rejoignent notre pays, ils sont considérés comme « en danger » par l’Etat. De ce fait, ils entrent de plein droit dans les dispositifs de protection de l’enfance et sont pris en charge par les départements. Lire la suite…

6 juin 2017

Quel soutien pour les associations du département ?

La vitalité associative du Finistère est reconnue. il est dans la culture finistérienne de s’engager. Engagement sportif, culturel, citoyen, social… Beaucoup de Finistériens ont des activités bénévoles qui renforcent les liens humains.

Dans un contexte de réduction de la dépense publique, les collectivités territoriales revoient leurs priorités. Le Conseil départemental n’échappe pas à cet exercice difficile.

La majorité socialiste a ainsi revu des subventions pour nombre d’associations, clubs ou manifestations. Les dernières en date : Festival de Cornouaille et Ensemble Matheus. Bien souvent, ce sont de plus petites structures qui sont touchées.

Parallèlement à ces décisions subjectives et arbitraires, la majorité socialiste a souhaité organiser des « Etats Généraux de l’engagement associatif et du bénévolat » pour étudier « les problèmes rencontrés par le monde associatif et les solutions pour y remédier. »

Encore une fois, plutôt que d’agir, c’est un colloque qui est organisé. Et il ne débouchera sur rien, si ce n’est d’autres baisses de subventions opaques.

Une politique jsute pour les associations consisterait à les considérer comme les partenaires du département. Les associations sont un relais de notre action et permettent d’étendre efficacement nos politiques sociales, sportives et culturelles. En tant que partenaires du Finistère, elles ont également une responsabilité : celle de partager avec le Conseil départemental l’effort de maîtrise de la dépense publique.

Sophie Boyer & Monique Porcher.

10 novembre 2016

Le département n’est pas géré

img_1395

Après plus d’un an d’exercice des responsabilités par une nouvelle majorité socialiste, nous constatons que le Département n’est pas géré.

En effet, depuis les dernières élections départementales, les fautes et les erreurs de gestion se multiplient.

Lire la suite…