Blog → #Décryptage

18 janvier 2019

L’absence de gestion du RSA en Finistère

Le Conseil départemental n’ouvre pas les droits au RSA. Cependant, il est chargé de s’assurer de l’insertion professionnelle des bénéficiaires. En Finistère, les bénéficiaires du RSA ne sont pas suivis par le département dans leur démarche d’insertion professionnelle car aucun contrat n’est passé avec eux. Résultat : la majorité d’entre eux ne sont pas correctement réorientés vers l’emploi.

Lire la suite…

11 décembre 2017

Le budget du Finistère, c’est quoi ?

Un budget pour 900 000 Finistériens

Le budget 2018 du Conseil départemental du Finistère, c’est 971,43 M€ en 2018. Il se décompose en deux parties :

  • Les recettes
    C’est l’argent qui rentre dans les caisses du département.
    Décider du budget du département pour 2018, c’est donc avant tout prévoir ses recettes : les impôts (588,05 M€), les dotations de l’Etat (204,08 M€), les autres recettes de financement et d’investissement du département (199,29 M€) et lorsque ces recettes ne suffisent pas à couvrir les dépenses, le département emprunte de l’argent (94,2 M€ de dette)

 

  • Les dépenses
    Elles se décomposent en 2 types, les dépenses de fonctionnement et les dépenses d’investissement

    1. Les dépenses de fonctionnement représentent les dépenses nécessaires au fonctionnement des services du département. Ce sont des dépenses qui reviennent chaque année (personnels, fournitures, indemnités élus…) et sur lesquelles il est aisé de réaliser des économies. Elles représentent 80% des dépenses du Conseil départemental.
    2. Les dépenses d’investissement représentent des dépenses plus permanentes, des achats de matériels durables, des constructions ou aménagements de bâtiments, ou encore des travaux d’infrastructure (routes…) qui représentent l’équipement public. Ces dépenses représentent 20% du budget du département et il est important d’en augmenter la portée pour permette aux Finistériens de compter sur des équipements publics de qualité.

 

20 octobre 2017

Pourquoi le département est-il si attractif pour les MIE ?

L’accueil des mineurs isolés étrangers est une politique qui relève de la protection de l’enfance. Un mineur isolé et étranger est avant tout un mineur isolé aux yeux de la République, et nous devons lui offrir accueil et protection.

Seulement depuis 2010, la croissance exponentielle du nombre de mineurs isolés étrangers a été frappante, et ce qui n’était qu’une politique de bon sens est devenu un fardeau pour les collectivités. Année après année, les départements français ont vu le nombre de jeunes se présentant comme mineurs et isolés exploser.

Lire la suite…