Blog → #AlliancePourLeFinistère

23 septembre 2020

Non à la fermeture de la prépa Lettres du lycée Lapérouse-Kerichen de Brest !

Une des deux classes d’hypokhâgne du lycée Lapérouse-Kerichen de Brest fermerait, selon une proposition de l’Académie de Rennes pour la rentrée 2021. C’est que qu’ont appris avec stupeur les enseignants, universitaires, étudiants et élus du territoire.

La seule explication possible à cette proposition non motivée par une baisse de fréquentation, est la volonté de l’Académie de créer une classe préparatoire scientifique MP21 à Rennes, au lycée Châteaubriand, à coût constant.

Mais fermer cette classe reviendrait à attenter à l’égalité des chances dans tous les territoires bretons !

80 étudiants suivent actuellement ces cours à Brest, et la grande majorité d’entre eux sont Finistériens.

La disparition à terme de cette filière serait par ailleurs la suite logique de la dynamique qu’enclencherait cette division par deux des effectifs actuels.

Les élus de l’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE en appellent donc à Monsieur le Recteur d’Académie pour réexaminer cette proposition, avec en ligne de mire la sauvegarde de l’égalité des chances pour les élèves de notre territoire.

 

Maël DE CALAN, Président de l’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE

Véronique BOURBIGOT, Conseillère départementale du canton de Brest-4

Pierre OGOR, Conseiller départemental du canton de Brest-4

30 août 2020

Il faut aider la Brittany Ferries et ses emplois !

La Brittany Ferries, acteur majeur de l’économie bretonne, et léonarde en particulier, est actuellement mise à mal par la crise sanitaire et économique que nous traversons.

Forte de ses près de 2,5 millions de passagers par an et de ses 2 400 à 3 100 salariés (selon la saison), la Brittany Ferries est un acteur essentiel du déplacement transmanche. Toutefois, avec la crise du Covid-19 et la quatorzaine imposée aux passagers à l’arrivée au Royaume-Uni, le trafic entre la Grande-Bretagne et la France a radicalement chuté, occasionnant près de 63 000 annulations sur la saison.

Cela représente une chute de près de 25% du nombre de passagers sur juillet-août et une perte sèche de 250 millions d’euros de chiffre d’affaires.

En conséquence, la Brittany Ferries a décidé de désarmer 6 de ses 12 navires, et de placer 40% de ses salariés au chômage partiel.

Afin de s’en sortir, la compagnie finistérienne a contracté un prêt garanti par l’État (PGE) de 117 millions d’euros pour éviter la liquidation, mais ce prêt n’est qu’une solution de court terme et un poids pour son avenir.

Un plan de relance adapté doit être mis en place au plus vite !

Les Présidents des Régions de Bretagne, de Normandie et des Hauts-de-France ont d’ores et déjà exprimé leur volonté de mise en place d’un tel plan d’urgence entre l’État et les collectivités concernées.

Le Département du Finistère est particulièrement concerné, par l’implantation de la société sur son territoire, mais également en tant qu’actionnaire à 12% de la SEM SABEMEN, partie intégrante d’un dispositif mis en place par les collectivités locales et la compagnie maritime pour le financement des navires, et donc propriétaire de certains bateaux.

A ce titre, Aline CHEVAUCHER et Maël DE CALAN, Conseillers départementaux du canton de Saint-Pol-de-Léon, en appellent à l’État pour un soutien national massif visant à soutenir ce fleuron de notre économie locale et les milliers d’emplois qui y sont attachésen complément des engagements pris par les collectivités.

20 juillet 2020

Soutien aux agriculteurs et aux salariés de l’agroalimentaire !

En marge d’un soutien à l’idée d’un référendum sur la condition animale, le député de Brest-Centre s’en est pris violemment à l’agriculture bretonne et en particulier à l’élevage, parlant de « pratiques cruelles d’un autre âge ».

Il incite notamment à « une sortie de ce mode de production qui est un holocauste quotidien ».

L’utilisation d’un terme porteur d’une telle connotation historique est une insulte pour les plus de 42 000 Finistériens vivant directement ou indirectement de l’agriculture et plus particulièrement pour les agriculteurs et les éleveurs.

Au gré des évolutions législatives, des débats de société, et des changements de mentalité, l’agriculture française a su évoluer et se réinventer comme peu d’autres milieux professionnels.

Tous les débats peuvent avoir lieu, et le monde agricole est bien souvent le premier à y participer, mais cette surenchère dans la violence des termes n’est en rien constructive.

Les premières victimes en sont les agriculteurs et les éleveurs qui sont régulièrement et injustement victimes de cet agribashing, ce qui participe à tant de drames humains silencieux dans nos campagnes.

De la même manière, cette attaque stérile et frontale d’un syndicat agricole largement majoritaire au sein de la profession et ayant pris sa part à ses évolutions récentes, ne semble pas démontrer une volonté de respect vis-à-vis de nos paysans.

Hier encore, nos agriculteurs et éleveurs étaient salués pour n’avoir jamais faibli pendant la crise et avoir approvisionné tout  le pays.

N’oublions pas ce que nous devons à ceux qui nous nourrissent !

17 juillet 2020

Sauve qui peut dans la majorité socialiste au Département !

Alors qu’en octobre dernier elle indiquait n’avoir aucune ambition sénatoriale et vouloir se consacrer au Département du Finistère, Nathalie Sarrabezolles vient d’officialiser sa candidature aux élections sénatoriales de septembre prochain.

Placée en deuxième position sur la liste socialiste, Nathalie Sarrabezolles souhaite donc devenir sénatrice ce qui l’obligerait, en raison du non-cumul des mandats, à démissionner aussitôt de la Présidence du Conseil départemental.

Un choix d’une telle importance, à quelques mois à peine des élections départementales de mars 2021, interroge. La présidente fait penser au capitaine d’un bateau qui sauterait dans le canot de sauvetage avant tous ses passagers.

Il y a d’abord le résultat des élections municipales : déjà affaiblie par le départ de son binôme au département, la présidente a assisté à la belle réélection des maires divers droite de Plougastel-Daoulas et Guipavas, les deux villes les plus importantes du canton. De quoi motiver un départ anticipé pour éviter une défaite dans un an…

Mais il y a surtout le très mauvais bilan de ce mandat : un budget qui n’est pas tenu, les rapports critiques de la Chambre régionale des comptes qui s’amoncèlent, des investissements somptuaires de plus en plus critiqués, les dotations aux communes qui doivent diminuer, une gestion idéologique des mineurs isolés étrangers, et tant d’autres erreurs …

Menacée dans son propre canton, confrontée à son mauvais bilan, la Présidente préfère sauter dans le canot de sauvetage !

Alors que le pays va traverser une crise économique et sociale très grave, les Finistériens doivent pouvoir compter sur un département solide, qui joue son rôle.

Les 24 conseillers départementaux de L’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE présenteront à l’automne leurs propositions pour aller dans ce sens, et donner un nouveau cap au Finistère.

6 juillet 2020

L’Alliance pour le Finistère propose un plan départemental de relance par l’investissement pour répondre à la crise

L’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE a proposé lors de la Séance plénière du Conseil départemental de ce lundi 06 juillet, par la voix de son Président Maël DE CALAN, un vaste plan de relance de l’économie finistérienne par l’investissement.

Chaque année, le département dépense plus de 100 millions d’euros en investissements.

Des investissements sont d’ores et déjà expertisés et planifiés sur les prochaines années, dans le cadre de schémas pluriannuels.

L’ALLIANCE propose d’avancer une partie de ces travaux en 2021, pour soutenir l’activité des secteurs du bâtiment et des travaux publics qui sont très créateurs d’emploi, alors même que le pays va rentrer dans la plus grave crise économique de son histoire récente.

Le département pourrait augmenter sur l’année 2021 ses dépenses d’investissement de 50 millions, sans effet sur la dette à moyen terme, puisque ces travaux, déjà planifiés, auraient de toutes façons été réalisés dans l’avenir.

En particulier, cette relance par l’investissement pourrait concerner :

  • Les routes: le département gère 3 500 km de voirie sur lesquels des chantiers sont programmés sur plusieurs années ;
  • La production de logements sociaux: en soutenant Finistère Habitat pour que tous les chantiers prévus reprennent au plus vite, et pour anticiper la construction de logements ;
  • Les bâtiments départementaux et notamment les collèges: une stratégie de rationalisation et d’entretien du parc immobilier est engagée, elle devrait être intensifiée pour générer de l’activité économique, par exemple en accélérant la rénovation énergétique des collèges ;
  • Les projets portés par les communes et les communautés de communes dans le cadre des contrats de territoire.

Tous ces investissements qui sont nécessaires et pas somptuaires sont autant de bulles d’oxygène essentielles à la survie de notre tissu économique.

Il y a deux attitudes possibles : celle de l’attentisme ou celle de la mobilisation générale pour relancer l’économie locale.

1 juillet 2020

Les belles victoires de la droite et du centre finistériens !

Le dimanche 28 juin dernier avait lieu le second tour des élections municipales, mettant fin à un cycle électoral inédit et complexe. Malgré une abstention record, toutes les équipes municipales sont désormais prêtes à entamer un nouveau mandat.

L’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE tient à remercier les Finistériens qui ont renouvelé leur confiance aux élus de la droite et du centre dans la majorité des communes du département.

La droite et le centre progressent sur le territoire avec un nombre de mairies plus important qu’en 2014, grâce aux victoires dans une vingtaine de communes jusqu’alors tenues par des maires d’une autre sensibilité.

L’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE se réjouit de la victoire de Jocelyne POITEVIN à Douarnenez, de Nathalie TANNEAU à Tréffiagat, d’Elisabeth GUILLERM à Guimiliau et d’Yvan MOULLEC à Plouhinec qui ont tous les quatre étés nouvellement élus maires.

L’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE se réjouit également de la victoire de ses Conseillers départementaux réélus à la tête de leurs mairies : Jacques GOUEROU à Cast, Cécile NAY à Gouézec, Raymond MESSAGER à Landudal, Aline CHEVAUCHER à Plouénan, Pierre OGOR à Guillers, Bernard GIBERGUES à Bourg-Blanc, Marguerite LAMOUR à Ploudalmézeau, et Pascal GOULAOUIC à Plounéour-Brigognan-Plage, ou en qualité de membre de l’exécutif municipal comme Jean-François LE BLEIS à Plonéour-Lanvern, Jocelyne PLOUHINEC à Plogastel-Saint-Germain, ou Monique PORCHER à Crozon.

Félicitations enfin à nos Conseillers départementaux qui siègeront dans les groupes d’opposition pour y défendre nos valeurs communes.

Le groupe des élus de la droite et du centre au Conseil départemental confirme ainsi son ancrage local dans les territoires finistériens.

Les vingt-quatre élus de l’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE tiennent également à adresser leurs plus sincères félicitations à Stéphane ROUDAUT à Gouesnou, Roger LE GOFF à Fouesnant, Marc BIGOT à Concarneau, Gaëlle NICOLAS à Châteaulin, Patrick LECLERC à Landerneau, Laurence CLAISSE à Landivisiau, Yves DU BUIS à Plouzané, Dominique CAP à Plougastel-Daoulas, Josiane KERLOCH à Plonéour-Lanvern, Stéphane LE DOARE à Pont-l’Abbé, Gilles MOUNIER à Saint-Renan, Fabrice JACOB à Guipavas, Stéphane CLOAREC à Saint-Pol-de-Léon, Patrick BERTHELOT à Crozon, Viviane GODEBERT à Locmaria-Plouzané, Armel GOURVIL à Bohars, et tant d’autres !

Ces belles victoires sont le terreau de l’alternance au Conseil départemental du Finistère !

16 juin 2020

Le RN à Sein : une grossière tentative d’usurpation !

La Présidente du Rassemblement National, a annoncé vouloir se rendre sur l’île de Sein le 18 juin prochain pour commémorer l’Appel du Général DE GAULLE il y a 80 ans.

En tant que citoyenne et députée, elle est bien entendu libre de se rendre où bon lui semble.

Mais personne ne doit être dupe : cette démarche n’est pas celle d’une simple citoyenne envers un acte politique historique fondateur de notre histoire contemporaine. Il s’agit bien d’une pure provocation dans le style habituel de ce parti et de ses représentants actuels et passés.

Cette visite officielle est inédite de la part de la représentante d’un parti qui a combattu avec la plus grande vigueur l’action et les idées du Général DE GAULLE et de ceux qui l’ont soutenu à partir de juin 1940.

C’est une grossière tentative d’usurpation à des fins purement politiciennes.

L’île de Sein est un symbole ! Les 130 hommes qui ont rejoint Londres pour combattre l’occupant ont incarné l’esprit de Résistance de la France de 1940.

Cette provocation prive les Sénans et les Finistériens de la tranquillité et de la solennité de cet instant de commémoration.

Le RN et sa représentante démontrent ainsi leur manque de considération pour l’histoire de Sein, de ses habitants, et pour ce qu’ils incarnent.

Le Gaullisme transcende désormais les divergences partisanes, mais il ne saurait être utilisé par les héritiers assumés de ceux qui l’ont combattu.

 

12 mai 2020

Recours contre la carte scolaire : un manque de concertation dénoncé par l’ALLIANCE !

Le 31 janvier 2020, en Séance plénière, le Conseil départemental du Finistère adoptait la nouvelle carte scolaire, c’est-à-dire la répartition des élèves par collège en fonction de leur commune de résidence.

Dès la rentrée de septembre, les collégiens de la commune de Gouesnou auront par exemple obligation d’être inscrits à Penn ar C’hleuz à Brest, alors qu’ils avaient jusqu’à présent la possibilité de s’inscrire au Vizac, à Guipavas. Cette option, désormais proscrite, était pourtant la plus prisée par les parents d’élèves.

Stéphane ROUDAUT, maire de Gouesnou, a donc déposé deux recours contre cette décision du Département, portant  selon lui « atteinte à la liberté des familles ». L’édile juge ainsi préférable d’attendre 2023 et l’ouverture du nouveau collège de Landerneau pour établir une carte en concertation avec tous les acteurs.

Il dénonce également un manque de concertation et une absence de réunion publique.

Ces recours ne constituent malheureusement pas une surprise !

En effet, lors de la Séance plénière du Conseil départemental, l’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE avait déjà dénoncé la mise en place unilatérale de cette nouvelle carte scolaire.

Véronique BOURBIGOT, élue avec Pierre OGOR du canton de Brest-4 (comprenant la commune de Gouesnou), a ainsi pris la parole à cette occasion pour dénoncer la méthode : « La décision a été prise trop rapidement et sans concertation. Les familles auraient aimé être prévenues plus tôt. Vous êtes passé en force ! ».

L’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE avait ainsi refusé de voter en faveur de la nouvelle carte, en mettant en garde la majorité socialiste contre des contestations locales, ce qui est aujourd’hui le cas.

Nous en appelons donc une fois de plus à une meilleure concertation avec les territoires !

Lire ici l’article du Ouest-France.

 

Maël DE CALAN, Président de l’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE

Véronique BOURBIGOT, Conseillère départementale du canton de Brest-4

Pierre OGOR, Conseiller départemental du canton de Brest-4

 

 

Source : carte issue du Télégramme

4 mai 2020

#RendezNousLaMer

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé le 28 avril dernier la prolongation de l’interdiction d’accès aux plages et sentiers côtiers au moins jusqu’au 1er juin prochain.

La crise sanitaire que traverse le pays oblige le Gouvernement à prendre des mesures fortes et sa tâche n’est pas aisée.

Toutefois, les quatre départements de la Bretagne administrative, avec leurs 500 km de plages, sont aujourd’hui classés en vert selon la carte nationale publiée en vue du déconfinement.

Jusqu’à présent les Finistériens ont été très responsables dans le respect des règles du confinement. Mais ce littoral fait partie intégrante de leur vie et pouvoir à nouveau en profiter, raisonnablement, est une aspiration légitime et entendable.

En effet, à partir du 11 mai prochain, les bois et parcs seront à nouveaux accessibles, alors pourquoi pas les plages, grèves et sentiers littoraux où le risque serait bien moins élevé que dans d’autres lieux plus exigus d’ors et déjà autorisés ?

Il en va de même pour les activités nautiques, qui sont parfaitement envisageables dans le respect de la distanciation physique imposée, comme pour le vélo qui sera lui à nouveau autorisé dès le 11 mai.

Le respect du périmètre de 100 km limitant toujours les grands déplacements, un afflux massif de vacanciers sur les plages n’est d’ailleurs pas à redouter.

L’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE en appelle donc au Gouvernement et au Préfet du Finistère pour que le bon sens l’emporte et que, dans le respect des préconisations sanitaires, les plages, grèves et sentiers littoraux soient à nouveau accessibles aux Finistériens, ainsi que les activités nautiques.

13 avril 2020

Hommage à Charles MIOSSEC

Photo Ouest-France

Pendant 10 années, Charles MIOSSEC aura été le Président d’un Conseil Général puissant et entreprenant.

Il était un élu de la Nation et du territoire profondément attaché à ses concitoyens qu’il représentait à l’Assemblée Nationale, dans son canton et dans sa chère ville de Landivisiau dont il était Maire.

Charles MIOSSEC était un homme politique ouvert, attentionné et soucieux d’apporter des réponses aux attentes et problèmes des Finistériens.

Même des années après son retrait de la vie publique, il partageait toujours ses analyses pleines de mesure et d’humanisme sur les réseaux sociaux et encourageait les élus locaux dans leurs engagements et leurs actions.

Les élus et collaborateurs de l’ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE s’associent aux hommages rendus à Charles MIOSSEC, ainsi qu’à la peine de sa familles et de ses proches.